Recherche

Cachemire Apaches

et les neo-totems

Catégorie

Apache Vibe

Echoue vite et recommence

S’il y a un papier à ne pas louper dans Libération aujourd’hui, c’est celui d’Olivier Laam sur le nouvel album de Death In Vegas, une critique qui plonge dans le Londres industriel et rappelle que la défaite permet de retourner aux sources.

« … la déprime psychogéographique joue un rôle essentiel dans la force et l’ardeur de notre musique électronique », explique Richard Fearless dans ces pages. Les gamins qui font du grime n’ont rien d’autre que leur colère. Evidemment, c’est là que se niche le punk contemporain. Certainement pas chez les groupes indie rock à la mode, en tout cas, qui sont tous issus de familles aisées. »

Et parce qu’un échec ramène aussi à la plus belle part de soi, voici un billet à ne pas louper sur le blog de Caroline Desage, Les 7 piliers de l’échec.

Pour ceux qui aimeraient pratiquer le scepticisme enthousiaste, voici de quoi trouver l’inspiration.

Chaque obstacle est avant tout une formidable opportunité de se révéler.

 

 

Publicités

Oh Benjamin…

Salut à vous, les Apaches !

Comme ça ne se fait pas de lire à table pendant qu’on fête Maman, on vous laisse tout en douceur profiter de l’incroyable univers de Benjamin Clementine.

 

Un bijou…

Bonne fête à toutes !

Our Blues Angels… Still Do… Great Songs

Le vendredi, on croone chez les Apaches. Si Imany nous a complètement ensorcelées ces dernières semaines, aujourd’hui, nous découvrons le nouvel album de Bob Dylan, Fallen Angels. Un album qui sévit comme un jour de pluie, séduit comme un bon garçon qui tente, en vain, depuis 50 ans, de nous faire croire qu’il serait un peu mauvais sur les bords du chapeau. Sinatra, Holiday, Franklin… les anges tombent à grosses gouttes dans ces 12 titres mais sont amortis dans leur chute par la voix de cachemire de ce sacré Bob. De quoi sentir nos coeurs d’Apache gonfler comme des éponges à l’approche du week-end.

Eric Clapton sort, quant à lui, son 23e album. I Still Do. De l’inédit, des reprises. L’esprit est intact. Le coeur aussi. I Still Do, le titre de cet album, est un hommage à sa tante disparue il y a quelques années. Quand il l’a remerciée d’avoir veillé sur le petit garçon difficile qu’il était jadis, elle lui a répondu « Je t’aimais et je t’aime encore (« I Still Do »). De là, est né cet album hommage aux artistes qui ont inspiré Eric Clapton durant sa jeunesse.

Et parce qu’on a toutes ici un peu de la tante de Clapton en nous, voici nos morceaux préférés.


Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑